Le ministre du Tourisme, de l'Artisanat et du Travail familial, Mohamed Ali Boughazi, a indiqué samedi à Alger que son secteur accordait un "grand intérêt" à la Mémoire nationale, étant un "élément important" pour attirer les touristes intéressés par la recherche dans le domaine de l’histoire.

Supervisant la célébration de la Journée nationale de la Mémoire, coïncidant avec le 76e anniversaire des massacres du 8 mai 1945, le ministre a affirmé dans une allocution que le secteur du tourisme "s’emploie à placer le tourisme historique au cœur de ses intérêts, compte tenu de son impact positif dans la préservation de la Mémoire et le renforcement du sentiment d'appartenance à la patrie, notamment au sein des jeunes générations".

Le ministre a considéré la commémoration des massacres du 8 mai 1945 comme une "étape historique pour se remémorer les immenses sacrifices consentis par le peuple algérien pour parvenir à la liberté et au recouvrement de la souveraineté nationale", soulignant la nécessité de "ne pas oublier l'oppression brutale, et les abus commis par l'occupant français contre un peuple sans défense qui est sorti en marches pacifiques pour revendiquer son droit à la liberté et à l'indépendance".

C’est pourquoi -ajoute le ministre- le président de la République a décidé de décréter une Journée nationale de la Mémoire pour transmettre le message des chouhada aux jeunes générations afin de "renforcer leur lien avec la patrie et sa glorieuse histoire".

Au terme de la cérémonie, le ministre et la délégation l'accompagnant se sont dirigés vers la région de Sidi Fredj d’où l'occupant français est entré en Algérie en 1830, appuyé par une flotte navale et d'armes meurtrières, avec lesquelles il avait commis des massacres odieux contre les habitants de la région qui l'ont affronté pour la défense de la patrie.

"Dans ce lieu historique qui nous rappelle l'occupation de l'Algérie le 5 juillet 1830, nous célébrons les massacres du 8 mai 1945 pour lutter contre l'oubli et immortaliser tous les énormes sacrifices consentis par le peuple algérien depuis le début de l'occupation pour la liberté et l'accession à l'indépendance nationale".

A la même occasion, le drapeau national a été hissé et une minute de silence a été observée à la mémoire des braves chouhada et une pièce théâtrale a été jouée sur les massacres commis par le colonialisme, outre la présentation des chants patriotiques glorifiant les sacrifices des chouhada.

Pin It